Le forum l'ordre, est basé sur l'ésotérisme.
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 magie draconique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: magie draconique   Sam 7 Nov - 1:18

bon bien voila la magie draconique pour Mr enntross Wink et les autres bonne lecture et excusez moi pour les faute d'orthographes La magie draconique, aussi appelée aussi la draconia ou magie des dragons, est une discipline de magie cérémonielle dont les théories s'appuient essentiellement sur la croyance aux dragons.
Elle n'est pas une science, au sens des critères traditionnels de qualification d'une science (répétabilité, observabilité, etc...), mais un art : elle demande que l'impétrant investisse toute sa subjectivité à travers le maniement de l'outil et la beauté des réalisations, afin d'obtenir une évolution personnelle liée à l'évolution de ses mêmes productions artisanales.
Elle n'est pas non plus un jeu de rôles, bien que rien n'empêche les maisons d'édition de jeux d'intégrer les créatures draconiques dans leur bestiaire. Il est intéressant de noter que ces mêmes bestiaires sont, en nombre de catégories de dragons, beaucoup plus riches que ceux exhibés par les tenants de l'art magique draconique.Enfin, il convient de ne pas confondre la magie draconique avec la dragonologie. Ce dernier terme, mal défini, a pourtant été employé à plusieurs reprises pour qualifier des travaux (XIXème et XXème siècle surtout) qui visaient à expliquer le dragon en tant qu'animal réel de chair, et donc à étudier son anatomie supposée, ses mœurs, ses relations avec les humains, etc...
L'occultiste québécois Marc-André Ricard est de formation magique de type Golden Dawn. Il a eu l'occasion d'expérimenter, de manière fortuite et à son corps défendant, un channeling intéressant en rapport avec les représentations draconiques.

Ce qu'il en a expérimenté est si différent de ce que l'on connaît des créatures et des mythes draconiques, qu'il serait tentant de parler d'un avant et d'un après M.A. Ricard. Toutefois, seul le recul du temps et de la pratique draconique permettront d'en savoir plus sur ces représentations psychiques, car la littérature magique sur les dragons est de fait extrêmement pauvre, ce dont se plaignent certains praticiens.


La vraie question ne serait donc pas de porter un jugement sur la valeur des travaux de M.A. Ricard et tous ceux qui l'ont précédé, mais de savoir pourquoi d'un côté un tel symbole universel, dans toutes les régions du globe, à toutes les époques, et en marge de n'importe quelle religion a engendré aussi peu d'inspiration, d'art, de littérature et finalement de magie ?

Historique

Les dragons existent depuis le Moyen Âge dans l'esprit des hommes, et sont présents dans la plupart des civilisations (d'Europe jusqu'en Asie). Bien souvent représentés comme l'archétype du Mal en Occident, ils apparaissent plutôt, aux yeux des adeptes de la magie draconique, comme l'incarnation de la capacité de l'être humain à se dépasser (le dragon est alors un symbole d'énergie pure), et comme des archétypes de puissance et de noblesse.


Selon l'auteur ésotériste Marc-André Ricard dans son livre La magie des dragons, « pratiquer la magie des dragons et œuvrer au sein de ce savoir demande de la coopération, une discipline personnelle et un profond engagement pour être capable de passer à un niveau d'existence supérieur et faire de nos amis dragons d'excellents assistants et co-magiciens. »


Il semble que ce soit les religions et croyances païennes qui aient remis au goût du jour l'attirance pour les dragons. Ces créatures faisaient autrefois partie de l'imaginaire des peuples païens, en particulier celtes pour l'Europe.
Peut-être la christianisation croissante de ces peuples a-t-elle reléguée, comme tant d'autres créatures fantastiques, au rang de représentations du Mal ?
L'un des mouvements néopaganistes les plus populaires ayant abondé dans ce sens est certainement la Wicca.


Le dragon peut alors être raisonnablement comparé aux animaux "totem" du chamanisme, qui guide, protège et enseigne un homme librement choisi. On retrouve cette marque dans la forme et l'orientation des rituels draconiques, dont "la Chevauchée Draconique". C'est le thème de la Merkavah, où le mystique se forge un corps spirituel spécifique qu'il va chevaucher pour atteindre la Lumière Divine.

Quelques Dragons Célèbres pour leurs trésors dans les Mythologies du Monde

fafnyr : gardien du trésor des Nibelungen
mélusine : bâtisseuse
ladon : gardien des pommes d'or du jardin des Hespérides
graoully : gardien ?
tarasque : gardienne ?
gargouille de Rouen : gardien ?
le gardien de la toison d'or : gardien...de la Toison d'Or!
le dragon qui a révélé l'écriture aux chinois : le dragon jaune , un des quatre rois dragon de chine ( son nom est aussi celui d'un fleuve qui prend sa source au pied d'une montagne)

Curieusement, ce sont les dragons français dont on ignore s'ils gardaient un trésor. Une hypothèse serait de :


vérifier cette assertion sur un nombre significatif de mythologies différentes, ce qui est faisable dans la mesure où le Dragon est reconnu par les sciences humaines comme symbole universel à l'Humanité.
vérifier si cette ignorance est liée à l'action de l'Eglise Catholique où à l'action d'un clergé institué.


La Magie Draconique de la Wicca

suggestion : la Mandragore, ou "poupée-dragon". Son métabolisme occulte dans le fonctionnement de la Terre.
suggestion : les forces premières du Chaos mythologique, les Veines du dragon ou réseaux d'énergie tellurique
Les dragons dans la Nature :

En Feng-Shui
Les maîtres de l'orage

Spécificités de la Draconia

En comparaison d'autres approches magiques du phénomène draconique (les maîtres de l'Orage[1] en Wicca, les Sarafim en Kabbale et les Dragons de couleur comme phases de cuisson alchimique en Hermétisme essentiellement), le travail de Marc-André Ricard apporte plusieurs notions intéressantes :


Les dragons sont les gardiens de la connaissance : ce ne sont pas des animaux, mais des êtres de nature divine.
Les dragons reconnaissent une Force Unique, l'Un, dont émane la Force Draconique. En cela, la Draconia se démarque de la Wicca.
Les travaux draconiques sont pratiquement tous en énochien, contrairement à la présentation qui en est faite ici et là, notamment chez D.J. Conway[2].
Les dragons ont la spécificité de maîtriser les forces d'évolution les plus puissantes connues actuellement, contrairement à d'autres magies cérémonielles; ces dernières avancent des arguments divers, sexuels (Kama Yoga, voie de la "main gauche"), hermétistes (soufre et mercure), dualistes (chercher l'équilibre en alternant l'utilisation du bien et du mal) pour pratiquer indifféremment avec des forces de Lumière ou de Ténèbres.
Les dragons réclament un dû à leurs travaux, mais c'est le seul et invariablement le même : changer, se remettre en cause, progresser personnellement. Cela explique l'engagement demandé.
la particularité de la Draconia est l'importance du duo Magicien / Dragon reposant sur une confiance grandissante. Ainsi le Dragon protecteur, et tous les autres Dragons dont le magicien aura gagné la confiance, pourra se voir dicter des rituels en énochien qui n'existent pas sur Terre, et dont la simplicité et l'efficacité ne font aucun doute. De même, le Dragon pourra accompagner le Daraco sur son chemin magique en lui prodiguant des conseils et astuces sur d'autres formes de Magie. Dès lors que le Daraco accepte la tutelle d'un Dragon protecteur, celui-là n'a plus besoin d'un maître ou d'un gourou terrestre. Le Daraco devient alors un libre penseur dans la vie profane, dont l'apprentissage magique et les possibilités d'évolution n'ont vraisemblablement plus rien à voir avec les contingences d'une institution ésotérique traditionnelle : La magie draconique est bien à ce jour la voie de l'Homme Seul, les vocations d'alchimistes solitaires à la Fulcanelli étant de plus en plus rares.


La Draconia est une magie de voyage, de connaissances, d'exploration. Les Dragons sont les Gardiens de la Connaissance Universelle, ce qu'autrefois les Celtes appelaient le Graal. D'ailleurs sur l'autel du « daraco » (magicien draconique) se trouve toujours d'une part la coupe de l'Eau, d'autre part la Coupe de Connaissance remplie de vin.


Enfin, la Draconia et les Dragons sont toujours là pour protéger leurs daracos, même en cas de fausse manipulation. La Draconia en ce sens est particulièrement permissive malgré les apparences. La seule chose qui compte pour les Dragons, c'est l'évolution personnelle sincère.


A noter que le terme Draconia est également employée dans la sphère japonaise, pour désigner l'œuvre d'un écrivain, Shibusawa Tatsuhiko qui traduisit plusieurs auteurs français en japonais, et notamment le Marquis de Sade. Ce même auteur japonais aurait écrit des livres d'occultisme, mais il n'est pas évident que Marc-André Ricard et Shibusawa Tatsuhiko aient eu vent des travaux l'un de l'autre. Le caractère kanji "tatsu" signifie "dragon", et se traduirait par "tatsu" ou "ryu".

Petit glossaire de Draconia

Aethyr daraco : l'un des vradysconns, le troisième, correspond à l'élément Air.

Caput draconis : figure de géomancie signifiant "tête du dragon" et "illumination spirituelle". En astrologie, Caput Draconis est le patronyme du Nœud Nord utilisé en astrologie karmique (étude des réincarnations ultérieures), à ne pas confondre avec la Constellation de Draco.

Cauda draconis : figure de géomancie signifiant "queue du dragon" et "trahison, forces souterraines, choses secrètes". En astrologie, Cauda Draconis est le patronyme du Nœud Sud utilisé en astrologie karmique (étude des réincarnations passées), à ne pas confondre avec la Constellation de Draco.

Chaîne de sagesse : la hiérarchie des dragons et des daracos, dont la valeur de subordination ne s'applique qu'aux dragons. Chaque grade s'appelle un vradysconn

Code draconique : code chevaleresque de conduite des Daracos. D'habitude les chevaliers tuent les dragons (chevaliers sauroctones). Ici ils les honorent et font vœu de confiance, loyauté, Amour de la Nature et du Bien, respectant par là-même les œuvres de la Création.

Connaissance : Les Dragons sont les Gardiens de la Connaissance Suprême, ce que les Celtes appelaient le Graal. Le shintoïsme affirme que les Dragons sont l'une des races (parmi les sept que compte le Tempu) à avoir accepté de protéger l'enseignement de Bouddha.

Corpus draconis : n'est pas une figure de géomancie, signifie "le corps du Dragon".

Coupe : en magie draconique, il y a l'usage de deux coupes. L'une représente l'élément Eau, et se remplit d'eau; l'autre représente la connaissance concédée par les Dragons et se remplit de vin, que l'on boit en fin de séance.

Daraco : Le nom du magicien draconique, mais aussi le Premier Vradysconn.

Darkamei : Mot grec signifiant "voir, regarder" qui a donné le mot "Dragon". De l'importance de l'Œil du Dragon...

Draco : "Dragon" en latin, mais aussi le nom d'une constellation importante en Magie Draconique.

Draconia : synonyme de magie draconique. Par métonymie, désigne la zone astrale de l'univers où vivent les Dragons. Cette zone est différente des plans où ils œuvrent. Commencer à travailler la magie draconique, c'est entrer en Draconia

Épée draconique : outil de base de la magie draconique. Tout peut être oublié, les bougies, l'encens, etc. Mais pas l'épée draconique !

Paetryn daraco : un des Vradysconn associé à l'élément Terre, précède "Aethyr Daraco" et suit "Daraco".

Thuban : nom de la dernière étoile de la Constellation de Draco, autrefois étoile polaire des Égyptiens.

Vradysconn : Une des étapes de la Chaîne de Sagesse.

mais comem on le dit toujours la magie ne vient ni des livres ni d'internet elle vient du coeur
Revenir en haut Aller en bas
 

magie draconique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Magie draconique livre sur internet
» Magie Draconique
» La magie draconique
» Les bases de la magie draconique
» Comment débuter en magie draconique ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
l'ordre :: Esotérisme :: Magie-